Localisation, transcréation

Transcréation

La transcréation est la traduction de contenus créatifs, ou plus précisément le transfert d’un contenu créatif vers une autre langue.
La première étape consiste donc à parfaitement comprendre tous les sens, premier, affleurants et sous-jacents d’un message, d’une accroche, d’un slogan, pour tâcher, dans un second temps, de le transposer vers une ou plusieurs langues cibles, donc vers un ou plusieurs environnements culturels cibles.
Il s’agit donc de préserver le style, le ton et dans la mesure du possible le rythme d’un message tout en l’adaptant à la culture du public cible.

Adaptation et recréation

La transcréation relève donc plus de l’adaptation et de la recréation que de la traduction à proprement parler.
La traduction, surtout lorsqu’il s’agit de contenus techniques, se veut fidèle à la source, met en œuvre des lexiques précis et des correspondances « bijectives ».

La transcréation brise ces chaines, le plus important n’est plus de transmettre un sens, mais bien « du sens », voire de la sensation… Le résultat est rarement le calque exact de l’orgiginal, et il est fréquent que pour un même message, le « transcréateur » propose plusieurs variantes de contenu cible.
De la même manière que les messages émergent parfois de séances de brain storming, le message transcréé est, dans un second temps, choisi aux termes d’une discussion entre l’auteur-créateur et le transcréateur.

Localisation

Dans le domaine de la traduction, la localisation consiste à adapter un contenu linguistique aux réalités du pays auquel ce contenu est destiné.
Les limites de cette adaptation doivent clairement être définies entre le demandeur et le traducteur.
La localisation peut porter sur des unités de mesure, des formats particuliers pour les dates, les adresses, les numéros de téléphone, mais peut aussi avoir un impact plus profond sur le texte, avec des adaptations des marqueurs culturels (noms et prénoms, us et coutumes…).